Nos publications


Avantages à l'actionnaire et prêt à l'actionnaire

Lire l'article

Avantage à l’actionnaire et prêt à l’actionnaire


Plusieurs canadiens opèrent leur entreprise par l’entremise d’une société par actions. De ce fait, il est important de noter que, malgré le fait que les fonds de ces sociétés sont, à un certain niveau, liés aux fonds de ses actionnaires, les fonds d’une société ne sont pas les fonds personnels de ses actionnaires et ne doivent pas être traités comme tels. Selon la Loi de l’impôt sur le revenu (ci-après la « Loi »), l’actionnaire qui s’approprie des fonds d’une société est considéré avoir reçu un « avantage à l’actionnaire » et/ou un « prêt à l’actionnaire ».

Le paragraphe 15 (1) de la Loi prévoit qu’il y a « avantage à l’actionnaire » lorsqu’une société confère un avantage à l’un de ses actionnaires, autrement que par le versement de dividendes ou tout autre paiement imposable, à l’un de ses actionnaires potentiels ou à une personne ayant un lien de dépendance ou étant affilié à l’actionnaire (par ex. : conjoints, enfants, parents). Un « avantage » comprend tout paiement, appropriation d’actif ou autre avantage conféré par la société. Conséquemment à l’application du paragraphe 15 (1) de la Loi, la valeur de l’« avantage » est incluse dans le revenu de l’actionnaire.

À titre indicatif, l’actionnaire qui permet à sa conjointe d’utiliser la voiture de la compagnie peut voir attribuer à son revenu personnel la juste valeur de l’utilisation de la voiture. De plus, le montant ne pourra être déductible par la société ni sujet à un crédit d’impôt. L’application du paragraphe 15 (1) de la Loi est alors particulièrement punitif puisqu’il en résulte une double imposition (inclusion au revenu de l’actionnaire et aucune déduction pour la société), laquelle est beaucoup plus importante que l’imposition d’un simple dividende. 

Le paragraphe 15 (2) de la Loi prévoit que, lorsqu’un prêt est fait par une société à son actionnaire, à un associé d’une société de personne actionnaire de la société ou à une personne étant liée à l’actionnaire, le montant total du prêt doit être inclut dans le revenu de l’actionnaire. L’actionnaire pourra déduire de son revenu tout montant remboursé dans l’année relativement au prêt. Il est à noter que les exceptions suivantes s’appliquent au paragraphe 15 (2) de la Loi : 1) un prêt fait à un actionnaire qui est une société résidant au Canada ; 2) un prêt fait dans le cours normal des activités d’une société prêteuse ; 3) certains prêts fait aux employés ; et 4) un prêt qui est remboursé dans un délai d’un an suivant la fin de l’année d’imposition de la société prêteuse (par exemple, si la fin d’année de la société est le 31 juillet et que la société fait un prêt à l’actionnaire en janvier de l’année 1, l’actionnaire doit rembourser le prêt au plus tard le 31 juillet de l’année 2 afin d’éviter l’application du paragraphe 15 (2)). En sus du remboursement et à défaut d’avoir été comptabilisé et payé, des intérêts devront également être imputés au prêt à titre d’avantage.

 

 


JGW Avocats et conseillers d'affaires inc.


Ce document n'est pas une opinion juridique et ne doit pas être interprété à titre de conseils légaux ou fiscaux.


 

Nos publications

En affaires, il n'y a que des solutions

Montréal

2500, Boul. Daniel-Johnson, Suite 400,
Laval (Québec),
H7T 2P6

T.450 667-8886 F.450 667-6888