Nos publications


Nouvel accord de libre-échange conclu avec les États-Unis

Lire l'article

NOUVEL ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE CONCLU AVEC LES ÉTATS-UNIS

Il aura donc fallu plus de treize mois de négociations et de tractations politiques afin de permettre aux gouvernements canadien et américain de finalement s’entendre sur les termes d’un nouvel accord de libre-échange entre eux et le Mexique.

Pour ce faire, le Canada a dû faire une brèche dans le système de la gestion de l’offre qui encadre le marché des produits laitiers au pays depuis 1972. En effet, selon l’information disponible à ce moment, le Canada sacrifierait 3,59 % du marché intérieur des produits laitiers (déjà compromis auparavant suite à la conclusion des ententes (i) du Partenariat Trans-Pacifique et (ii) de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne) au profit des Américains, le tout afin d’arriver à un accord in extremis, permettant du même coup d’épargner l’industrie automobile canadienne de la menace américaine imminente de tarifs douaniers de l’ordre de 25 % sur les importations de pièces automobiles en provenance du Canada.

Ainsi, il est porté à croire que les quelque 11 500 producteurs laitiers québécois ont été sacrifiés au profit de l’industrie automobile ontarienne et du reste de l’économie.

En ce jour d’élections provinciales, le prochain gouvernement élu aura donc pour mission de supporter l’UPA et leurs membres dans la négociation de compensations auprès du gouvernement fédéral.

Néanmoins, malgré l’entente conclue, un enjeu majeur demeure en suspens, soit la continuation des tarifs douaniers américains sur les importations d’acier (25 %) et d’aluminium (10 %) canadiens imposés depuis le 1er juin dernier. Si ces pénalités devaient perdurer malgré la signature de ce nouvel accord, les conséquences seraient désastreuses pour cette industrie.

Sommes toutes, en dépit des concessions canadiennes touchant principalement les producteurs laitiers québécois, ce nouvel accord sera salutaire pour l’économie canadienne en générale, qui dépend, faut-il le rappeler, à 75 % des exportations vers nos voisins du sud.


JGW Avocats et conseillers d'affaires inc.


Ce document n'est pas une opinion juridique et ne doit pas être interprété à titre de conseils légaux ou fiscaux.


 

Nos publications

En affaires, il n'y a que des solutions

Montréal

2500, Boul. Daniel-Johnson, Suite 400,
Laval (Québec),
H7T 2P6

T.450 667-8886 F.450 667-6888